Comment j’ai multiplié par 34 ma visibilité face aux recruteurs !!

Il y a plusieurs mois, avant l’été, j’ai écrit un article sur Linkedin sur comment un sourceur cherchait les profils et comment augmenter sa « trouvabilité ».

J’ai, à cette occasion, reçu pas mal de réponses de personnes me remerciant mais aussi un assez grand nombre de personnes, assez virulentes, me disant que les candidats n’étaient pas de la data, qu’ils refusaient catégoriquement d’être rangés dans une case et j’avais beau leur expliquer que c’était la nature même des outils actuels et non pas l’homme, rien n’y faisait, la « peur de la machine » et la « déshumanisation des relations » étaient en marche.

Dès cet instant, j’ai pris mes lunettes de sourceur et j’ai réfléchi…

 

Comment tourner ce qui est vu comme un « problème » par certains en un avantage concurrentiel ?

 

Si les mots clés sur un CV font ressortir un profil, peut être peut-on se jouer de la machine et en tirer un avantage. J’ai tout d’abord refait mon CV « proprement » et je l’ai intégré à jobup.ch, numéro 1 inconstestable des sites emploi en Suisse Romande.

Jobup possède une base de données qui a complètement été remaniée début 2016 et accepte (enfin) les recherches avancées de type booléens mais ça, c’est pour les recruteurs.

J’ai choisi Jobup pour plusieurs raisons :

  1. Le moteur de recherche indexe bien les informations contenus dans la pièce jointe au CV lorsque l’on tape un mot clé ;
  2. Le moteur interne accepte le booléen et pas seulement des catégories comme c’est souvent le cas ;
  3. La CVthèque est la plus consultée de Suisse Romande (en même temps c’est l’unique mais c’est un autre débat) ;
  4. Jobup envoie tous les mois un email aux personnes ayant un CV dans leur base pour leur dire combien de fois leur profil était ressorti dans les recherches et combien de fois leur profil avait été visionné, je pouvais donc en mesurer l’impact ;
  5. Je sais que mon profil de « sourceur » n’est absolument pas recherché en Suisse, je ne vais probablement jamais être contacté si je ne fais rien !

 

Comme personne ne recherche de sourceur, je savais que l’indicateur qui m’intéressait était uniquement « combien de fois  votre CV est ressorti dans les recherches » c’est-à-dire ma visibilité par rapport à eux et non pas le nombre de fois qu’ils ont consulté mon CV car ils voient en un coup d’œil que je ne suis pas celui qu’ils cherchent, sans ouvrir le profil.

 

Détail des actions

 

Août 2016: J’ai repris un ancien compte que j’avais sur la base et j’ai remis à jour mon profil le 5 août 2016 avec un CV « classique », sachant qu’au mois d’août peu de recruteurs sont actifs.

Septembre 2016: La rentrée, je ne fais rien de particulier.

Mi-octobre 2016: Je remets mon CV à jour, je le rafraîchis et travaille des mots clés dans le CV (en lien avec mon premier article ici).

Novembre 2016: Le 5 novembre, je mets en place le « CV final » avec ma technique magique et je l’ajoute à Jobup.

Décembre 2016: Les recruteurs travaillent la moitié du mois seulement en moyenne, une baisse est donc normale.

Janvier 2017:  Je consulte mon profil Jobup uniquement sur mobile pour voir si la « fraîcheur » est aussi liée au mobile.

Voici un graphique des résultats :

 

 

Entre début août, date de la mise en place du CV et novembre, je suis passé de 7 apparitions dans les recherches à 235, soit

34 fois plus !!!!

 

 

Comment apparaître le plus dans les recherches des recruteurs ?

 

Si on analyse le formulaire de recherche de Jobup (merci 100 fois à Jobup qui m’a fourni les screenshots), les recruteurs peuvent afficher les résultats par pertinence ou par « fraîcheur ».

On peut voir que les recruteurs peuvent trier par date de dernière connexion:

 

Les recruteurs étant toujours à la recherche « pour hier », il faut absolument que votre profil soit TRES frais. Même si, selon Jobup, on semble pouvoir trier uniquement par date de connexion, je ne suis pas certain que les connexions via leur application mobile soient prises en compte.

Lorsque j’ai modifié mon CV, là j’ai réellement vu la différence (passer de 80 à 234), je vous conseille donc de MODIFIER votre CV toutes les semaines. Il suffit pour cela, à priori, de simplement l’enlever et le remettre sur la plateforme, c’est forcément fasitidieux (un peu) mais cela booste les résultats de recherche. Je vous conseille d’enlever votre CV, modifier le titre (ajouter un tiret, un numéro, peu importe) et le remettre, même si vous ne changez rien dans le document lui-même.

Ressortir plus dans les résultats de recherche.

Entrons dans le coeur du sujet, avoir un CV “frais” est super mais voici comment je suis ressorti dans plus de recherche.

Comme vous le savez, un recruteur qui source va chercher des mots clés et mon CV est en anglais (je travaille principalement en anglais donc c’est logique) donc il pourrait trouver les mots suivants :

  •  recruiter
  •  recruitment

Mais s’il cherche en français, il va taper les mots:

  • recrutement
  • recruteur

Vais-je ressortir ?…

 

Et vous savez aussi que le nombre de fois où le mot ressort est primordial, mais je n’ai pas envie de faire 2 CVs (un en français, un en anglais), je n’ai pas envie de faire un CV de 5 pages avec 30 fois les mêmes mots clés inintéressants (ce que je suis obligé de faire sur Linkedin, voir ajout 1 en bas de l’article) donc j’ai réfléchi…

Dans le système, la pièce jointe est lue par un algorithme qui, a priori, voit le code et non pas les couleurs ou la taille de police. Donc je peux avoir le CV « visible » par l’œil humain et le CV « lu » par la machine dans un seul document.

Voici la fin de mon CV que j’ai « sélectionné » avec ma souris.

Vous voyez la dernière ligne qui s’affiche ? C’est du blanc, sur un fond blanc et au format de police 0,5 mais l’ordinateur n’en a cure à priori, pour lui c’est du texte.

Si je l’agrandis au format normal voilà ce que cela donne :

 

J’ai pris les mots clés qui m’intéressent, non seulement en français mais en anglais, j’ai même ajouté des fautes d’orthographe (sait-on jamais), je l’ai copié-collé plusieurs fois.

L’algorithme interne va le comprendre comme du texte normal et si quelqu’un tape « ressources humaines », je tomberai dans la recherche alors même que mon CV est en anglais et que nulle part ailleurs ce mot n’est mentionné.

 

Bien évidemment, j’ai fait cela dans le but d’un test, je n’ai pris que des mots très corrolaires, je les ai beaucoup multiplié, c’est un exercice et je suis conscient que mon profil n’est pas celui d’un chargé de ressources humaines mais comme personne ne cherche un expert en sourcing, je voulais juste ressortir dans les résultats de recherche pour être « vu ».

Si vous souhaitez changer de secteur ou d’activité, il peut être intéressant de penser à ajouter des mots clés cachés sur l’activité qui vous intéresse et ajouter en haut de votre CV un « objectif ». Prenons un exemple volontairement exagéré :

Objectif : Fort d’une experience en plomberie, je recherche actuellement une opportunité en coiffure.

Si votre CV ne reprend que des expérience de coiffeur, jamais un recruteur qui vous cherche dans la base ne vous trouvera pour un poste de plombier, mais si votre CV a des mots clés cachés (très) récurrents (encore une fois, le nombre de fois où le mot ressort est primordial) alors au minimum votre CV pourra tomber dans la recherche en première page (et pas complètement à la fin) et il pourra être lu par un recruteur.

 

Que le recruteur voit votre profil n’est-il pas la toute première étape ?

Après, il faut qu’il le lise, l’apprécie et vous appelle…

Mais ça, c’est une autre histoire.

 

Je vous conseille également d’avoir bien rempli TOUS LES CHAMPS du formulaire Jobup, c’est fastidieux je sais mais copiez-collez simplement le contenu de votre CV (sans la partie cachée bien sûr). Ne partez pas du principe que les recruteurs vont faire l’effort d’ouvrir la pièce jointe, ils se contentent généralement de lire le formulaire Jobup.

Résumé et conclusion

Pour maximiser l’apparition dans les résultats de recherche des recruteurs, les 2 leviers principaux sont :

  • La fraîcheur du CV (qui a fait passer mon CV de 13 à 88 apparitions dans les recherches) : il faut modifier son CV, l’enlever et le remettre ou simplement changer le titre du document ;
  • La récurrence des mots clés (qui l’a fait passer de 88 à 235 apparitions dans les recherches).

Il faut également prendre en compte la saisonnalité du recrutement, en décembre, il est normal d’avoir moitié moins de vue qu’en septembre, surtout si le CV n’a pas été rafraîchi. Mettre un CV à jour en août n’est pas non plus impactant.

J’ai fait ce petit exercice car l’essence même d’un sourceur est de chercher à “optimiser” les choses et trop peu de personnes dans le recrutement se mettent réellement à la place des candidats et “walk in their shoes” comme on dit en Anglais. Normalement je le fais pour trouver ces talents ou améliorer les process de recrutement de mes clients (si vous voulez en savoir plus sur ce que je fais: c’est par ici ), cette fois, c’était pour vous et cela m’a pris 6 mois 🙂

A priori, cette technique devrait fonctionner sur tous les sites d’emplois qui indexent les pièces jointes ( pour les français: APEC, cadremploi, keljob, webengineering et les autres) mais aussi sur les sites directement des entreprises (ce que l’o appelle ATS: Applicant Tracking Systems), ils sont à peu près tous censés indexer les pièces jointes et avoir un champ de recherche textuel dans leur interface.

J’espère que cet article vous aura plu et saura en aider certains à « maximiser » la possibilité d’être contactés.

 

Guillaume

 

 

Ajout numéro 1 :

Attention, cela ne fonctionnera que sur une CVthèque ou la base de donnée d’une entreprise, pas sur Linkedin, vous ne pourrez pas « cacher » vos mots clés car vous n’êtes pas maître de la police d’écriture. De plus, ajouter votre CV (automatiquement converti en pdf) à votre profil Linkedin ne servirait à rien, il est envoyé vers le site slideshare (qui appartient à Linkedin) et n’est pas cherchable par les moyens accessibles aux recruteurs (ou alors c’est TRES complexe, faites-moi confiance 😉 ).

Ajout numéro 2 :

Si vous voulez voir comment votre CV est compris par l’ordinateur, copiez-collez le contenu complet de votre CV sur le site www.tagcrowd.com (comme expliqué dans l’article précédent), sélectionnez bien la langue et marquez le nombre d’occurrence, vous verrez un nuage de mots qui vous dira comment l’algorithme comprend votre CV.

Ajout numéro 3 :

De préférence, sur le site d’une entreprise en particulier, choisissez plutôt un CV format Word. Je sais que tout le monde vous parle de .pdf pour qu’il ne soit pas modifiable et garde la mise en page mais certains systèmes de gestion de candidature (appelés ATS pour Applicant Tracking Systems) peuvent avoir des soucis à lire des .pdf, je sais c’est dingue mais c’est pourtant vrai.

Ajout numéro 4 :

À la suite de mon dernier article Linkedin dédié aux candidats, plusieurs dizaines de personnes m’ont sollicité pour de l’aide et une rencontre. Comprenez bien que si je passe une heure à recevoir chaque personne pour aider, je ne peux pas travailler pour mes clients. Je serai ravi de répondre aux commentaires en dessous de cet article mais je ne pourrai pas vous recevoir, j’espère que vous comprenez.

 

 

 

 

3 thoughts on “Comment j’ai multiplié par 34 ma visibilité face aux recruteurs !!

  1. C’est de l’or cet article ! J’aurais aimé tomber sur un article pareil quand j’étais en recherche d’emploi avant de vouloir faire du recrutement et de m’intéresser au soucing. Car autrement, la majorité des articles que l’on trouve sur le net donnent des conseils à la limite du ridicule. C’est à se demander si les personnes qui les écrivent ont déjà été en recherche d’emploi. Bref, je partage!

  2. Merci beaucoup pour cet article! Vraiment tres interessant. Je ferais un petit test pour mon CV 😉

  3. Très bon article, le contenu est très intéressant et il permet de comprendre la face cachée de jobup aux candidats. Je vais modifier immédiatement mon dossier sur les job boards.

Leave a Reply